Gare de Rigaud

 

Histoire

Pendant les années 1930, Rigaud était en plein essor. La compagnie Rigaud Granite était opérationnelle.  Notre-Dame-de-Lourdes attirait de plus en plus de pèlerins et le Collège Bourget ainsi que les couvents de Rigaud attiraient des étudiants et étudiantes de partout. Pour ces raisons, la gare de Rigaud (1890) était devenue trop petite et démodée. La compagnie ferroviaire a accepté de faire construire une nouvelle gare plus spacieuse et moderne. La gare a été inaugurée le 11 décembre 1940, lors d’une grande cérémonie.


En 1992 la municipalité de Rigaud, qui tenait à sauvegarder la gare à cause de son histoire et de son architecture, l’a citée comme lieu historique. En 1995, le gouvernement fédéral a reconnu la valeur patrimoniale qu’avait la gare et la Commission des Lieux et Monuments du Canada l’ont désignée gare ferroviaire patrimoniale.

À partir de 1996, la gare est exploitée par l’Agence Métropolitaine de Transport. Le 30 juin 2010, on a mis fin au train de banlieue reliant Rigaud-Montréal.


Architecture


Pour cette gare grande et moderne, on a choisi le style Renouveau Québécois, qui inspirait la maison québécoise traditionnelle avec toit mansarde à quatre versants.

Le corps principal de la gare mesurait 54 pieds par 24 pieds et était construit en pierre, contrairement à bien des gares qui étaient construites en bois. Seulement le toit mansarde est entouré de bois. De l’extérieur, on dirait que la gare comprend deux étages. Cette illusion est créée par une immense salle d’attente dont le plafond est à une hauteur de 17 pieds du plancher. En réalité, la gare de Rigaud comporte deux salles d’attente, séparées par un couloir et dont la plus petite était réservée aux dames. Pour sauver sur l’entretien des planchers, on a opté pour du terrazzo pour les salles d’attente, de la céramique pour les salles de toilette et des tuiles de vinyle pour le bureau. Pour l’ancienne salle de bagage, rallonge à toit plat qui est attachée à la gare, on avait choisi un plancher de béton.


Deux guichets ont été prévus. Un, en fer forgé, situé dans le couloir séparant les deux salles d’attente et l’autre, à même le bureau.

Les deux portes d’entrée donnent du côté de la voie ferrée. Il est aussi intéressant de noter que tous les luminaires originaux sont encore en place.

En ce qui concerne l’extérieur de la bâtisse, le parement et la cheminée sont fait de pierres rosées à peine équarries, qui donnent l’illusion de la pierre des champs. Ces pierres provenaient de Como, Québec.



Première gare de Rigaud