Gare de Saint-Jean-sur-Richelieu (CP)

 

Histoire

Derrière le palais de Justice, s'étendait au siècle dernier un grand terrain dont une partie est acquise en 1886 par la Compagnie de chemin de fer Atlantic & North Railway, filiale du Canadien Pacifique. La ville de Saint-Jean lui prête mille dollars pour la construction du chemin de fer. La gare, érigée en 1887 sur le terrain de l'ancien asile pour aliénés mentaux, marque alors une halte sur la ligne de chemin de fer reliant Montréal à Halifax, en passant par Farnham, Waterloo, Magog et Sherbrooke.


Napoléon Hébert, de Saint-Jean, est le premier chef de la gare. Durant la grande guerre de 1914-1918, les ouvriers de Saint-Jean utilisent cette gare pour aller travailler aux fabriques de munitions de Montréal. Malgré le déclin du transport ferroviaire, la présence d'une gare dans la ville incite toujours à l'évasion.


Architecture

La gare se caractérise par un toit en pavillon prolongé par des avant-toits que supportent d'immenses consoles. En 1906, on l'agrandit pour lui donner l'apparence qu'elle a toujours aujourd'hui. A proximité du bâtiment, un immense réservoir d'eau alimente les locomotives à vapeur.