Cruches St-Johns

 
 

Les cruches St-Johns sont certainement les plus intéressantes de ma collection. Elles sont ici classées par ordre de production.


La véritable capitale de la céramique au Québec, fut sans contredit Saint-Jean. C'est en 1840 que les américains Moses Farrar et Isaac Newton Soule ouvrent à Saint-Jean, la première fabrique de poteries de grès au Canada. Dotés de techniques inconnues des artisans d'ici, ils produisent entre autres des récipients utilitaires, des cruches, des barattes, des pots et des saloirs très souvent ornées de fleurs ou d'oiseaux bleus. Dans leur sillage, les ateliers de grès se multiplièrent rapidement, tant à Saint-Jean qu'à Iberville.

En 1873, George Whitfield Farrar qui exploitait un atelier de grès décida de se diriger vers la production de vaisselle, il fonda avec Edward C. Mac Donald, la St-Johns Stone Chinaware Co., la première du genre au pays. On importait la terre d'Angleterre d'où venaient d'ailleurs les premiers ouvriers. Toutes les pièces étaient faites au moule. G. W. Farrar se retira bientôt de la compagnie, mais Mac Donald persévéra. Après quelques années, on embauchait jusqu'à 400 employés selon les besoins. Évidemment le succès de l'entreprise incita la création de plusieurs autres faïenceries, notamment: Canada Pottery (1881-82), British Porcelain (1882-88), Blackburn, Rowe and Co. (1882-84), La Fabrique de la rue de la Reine (1880-1890), St-Johns Porcelain Works (1878-1884), Central Stone Chinaware d'Iberville (1891-1894) et la Glasgow Poterie d'Iberville(1877-82)

Source : La poterie québécoise (Robert Picard)