Un retour sur la calvaire de Louiseville

J’ai lu des critiques constructives sur le nouveau calvaire de Louiseville. J’en ai lu aussi des positives et d’autres moins flatteuses. Afin d’avoir l’heure juste, je me suis rendue hier matin à Louiseville et en après-midi, j’ai eu un entretien téléphonique avec Madame Denise Gauthier, la femme derrière ce projet. La première démarche que Denise a faite est auprès de Patrimoine Canada. Pour obtenir une subvention, il aurait fallu refaire l’édicule exactement comme le précédent. L’attente pour une subvention, si jamais elle est acceptée, est longue. Le budget dont elle disposait était loin d’être en mesure de couvrir les frais pour respecter les normes gouvernementales. De plus, il y avait urgence. Le calvaire était proche de la démolition. Donc, pour respecter le budget disponible, il a été décidé de refaire l’édicule avec des matériaux durables. La fibre de bois (canexel) et l’aluminium ont été utilisés. On devait conserver le toit de tôle. Après l’avoir examiné de près, on a réalisé que le toit était fini. En refaire un autre en tôle était beaucoup trop coûteux. On a donc opté pour le bardeau d’asphalte. Seul le plafond à l’intérieur de l’édicule a été conservé. Il faut souligner aussi l’excellent travail qui a été effectué sur le corpus.

Monique Bellemare (2019)

J’avoue que le fait d’avoir placé la porte derrière l’édicule m’agaçait. Madame Gauthier m’a expliqué que c’est un choix qu’elle a fait. Comme le calvaire n’est pas un lieu de prière ni de rassemblement et qu’il sera toujours sous clé, elle voulait que la façade soit une grande vitrine afin que les passants aient une meilleure visibilité de la croix.

Monique Bellemare (2019)

Finalement, on comprend maintenant que le budget a été au coeur des choix qui ont été faits. On a fait pour le mieux avec l’argent dont on disposait. Merci madame Gauthier pour votre persévérance. Merci d’avoir préservé le calvaire d’une démolition certaine. Je devrais recevoir l’historique du calvaire d’ici peu. J’en ferai mention sur la page de Louiseville.

Publié dans Ajouts | Laisser un commentaire

Une visite en Beauce

Issues de la grosse tournée de Gérald dans Chaudière-Appalaches figurent les municipalités de Saint-Honoré-de-Shenley et de Saint-Martin. À Saint-Honoré-de-Shenley, les croix nos 1, 3, 4, 6, 7, 8 et 9 ont été visitées.

Gérald Arbour (2019)

À Saint-Martin, ce sont les croix nos 1, 3, 5, 6 et 7 qui ont été revues. Aucun changement majeur à signaler sauf peut-être la croix no 7 de Saint-Martin qui a changé de vocation. Elle est maintenant porteuse de nichoirs d’oiseaux.

Gérald Arbour (2019)
Publié dans Ajouts | Laisser un commentaire

Divers sujets

Commençons par une bonne nouvelle. Le calvaire no 2 de Louiseville dont il a été question dernièrement a été entièrement restauré. Grâce à la générosité d’un donateur anonyme et à la ténacité de madame Denise Gauthier , le calvaire a maintenant fière allure. Paul Turcotte a été le premier collaborateur à le visiter.

Paul Turcotte (2019)

Le Nouvelliste

Une 9e croix a été ajoutée à Saint-Martin dans Chaudière-Appalaches. Une parole tirée de l’évangile est inscrite au centre de la croix. Une chapelet de grande taille sert d’ornementation.

Gérald Arbour (2019)

Paul Turcotte a visité le calvaire no 3 de Saint-Gervais. Celui-ci a été refait en 2019. Les photos de Paul complètent bien celles publiées en juin dernier.

Paul Turcotte (2019)
Publié dans Ajouts | Laisser un commentaire

Fin de la tournée estrienne

Il ne restait que quelques croix à publier pour clore la tournée estrienne de Gérald de juin dernier.

Changement de couleur pour la croix no 4 de Ascot Corner. Elle est passée du brun au blanc.

Gérald Arbour (2017)
Gérald Arbour (2019)

 

 

 

 

 

 

Le calvaire no 11 de Cookshire-Eaton est à son avantage en mode estival.

Gérald Arbour (2019)

La croix no 1 de Lawrenceville a été dégagée. La croix no 2 présente un tout autre aspect lorsque photographiée parmi les fougères.

Gérald Arbour (2019)

La croix no 1 de Notre-Dame-des-Bois ne passe pas inaperçue au coeur de ce  village haut-perché de l’Estrie.

Gérald Arbour (2019)

Une vue fort intéressante de la croix no 3 de Melbourne et une en mode estival de la croix no 4 complètent cette sortie.

Gérald Arbour (2019)
Publié dans Ajouts | Laisser un commentaire

Des nouvelles fraîches de Jean-Yves

Jean-Yves Paquin revient d’un séjour dans le Bas-Saint-Laurent. Comme toujours, il revient avec des bonnes et des moins bonnes nouvelles.

Ainsi, la croix no 4 de Saint-Narcisse-de-Rimouski n’a plus que la hampe. La traverse et le décor du centre à motif arabesque n’y sont plus.

Gérald Arbour (2015)
J.-Y. Paquin (2019)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La croix no 12 de Rimouski est maintenant dans une position précaire. Le sol devant la croix a été emporté.

Jean-Yves Paquin (2019)

Le calvaire no 2 de Saint-Jean-de-Dieu n’est plus en place. La base et le support de la croix y sont toujours. Un retour est donc possible.

Jean-Yves Paquin (2019)

Le médaillon de Gérard Raymond sur la croix no 6 de Cap-Saint-Ygnace est disparu.

J.-Y. Paquin (2019)
Gérald Arbour (2015)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une meilleure nouvelle pour la croix no 2 de Sainte-Rita. Elle a été refaite. Elle est maintenant toute blanche et sans chanfrein.

Jean-Yves Paquin (2019)
Publié dans Ajouts | Laisser un commentaire

Une nouveauté à Laval

Cette publication sur la croix no 24 de Laval est une ébauche. La croix, tout à fait magnifique, est en place et l’aménagement tout autour n’est pas entièrement complété. On devine qu’une plaque sera installée sur la pierre à droite de la croix. Pour l’instant, l’emblème peint en vert au bas de la hampe demeure une énigme. On en connaîtra certainement la signification lorsque tout sera terminé.

Gérald Arbour (2019)
Gérald Arbour (2019)

À Laval, on s’occupe particulièrement bien des croix de chemin. Plusieurs sont actuellement en mode restauration. Les quelques nouvelles qui se sont ajoutées au cours des dernières années figurent parmi les belles croix du Québec.

Profitant de son passage dans le quartier Saint-Vincent-de-Paul à Laval, Gérald a rapporté quelques photos de la croix no 22. Bien entretenue, cette croix a fière allure en bordure de la route.

Gérald Arbour (2019)

NOTE : Pour ceux qui désirent maintenir leur liste à jour, les croix 1 et 3 de Notre-Dame-des-Monts ne sont plus en place.

Publié dans Ajouts | Laisser un commentaire

Un calvaire intéressant à Armagh

Un calvaire, pas visible de la route, a été découvert par Gérald à Armagh dans Chaudière-Appalaches. Le corpus en bois sculpté contribue à rendre cette croix des plus intéressantes. La croix est protégée par un édicule ouvert sur 3 faces.

Gérald Arbour (2019)

Il faut aussi souligner la présence d’une croix mortuaire appuyée sur le treillis derrière la croix. J’ai poussé ma curiosité à chercher les 2 noms qui y figurent et je les ai trouvés sur le site de Généalogie du Québec et d’Amérique française.

Gérald Arbour (2019)

Publié dans Ajouts | 2 commentaires

Plusieurs croix revisitées

La croix no 23 de Lévis a subi plusieurs changements au cours des dernières années. Tout d’abord, la croix était peinte en brun et  possédait un corpus en bois sculpté et une niche. Ensuite, le corpus a été enlevé. La niche de bois a été remplacée par une en polymère. La statuette a aussi été changée. Finalement, la dernière photo envoyée par Jacques Harvey nous montre une croix toute blanche.

Jacques Harvey (2012)
Jacques Harvey (2019)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J’avais encore quelques croix de Jean-Yves Paquin en réserve. La croix no 5 de Saint-Pierre-de-Broughton a été déplacée et une niche avec statuette de la Vierge a été ajoutée.

Jean-Yves Paquin (2018)

La croix no 1 de Saint-Jacques-de-Leed a été restaurée. La niche avec statuette de Jésus Bon Pasteur a été refaite. Le toit est à deux pans au lieu d’être de forme arrondie.

Solange Harvey (2014)
J.-Y. Paquin (2018)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jean-Yves a avisé d’un changement d’adresse pour la croix no 2 de Saint-Julien.

La croix no 3 de Saint-Lucien était en mauvais état lors de la visite de Gérald en 2015. La traverse était alors brisée. Il ne reste maintenant que la hampe.

Jean-Yves Paquin (2018)

Denise Lagarde et René Moray sont toujours actifs sur le terrain. Ils ont revu les croix 5 à 8 de Saint-Alexandre en Montérégie.

René Moray (2019)

La croix no 1 de Richelieu semble avoir été restaurée.

Denise Lagarde (2019)

La croix no 10 de Saint-Jean-sur-Richelieu a subi une belle restauration. Assez inusité de voir le titulus sous la traverse et le ciboire à sa place.

Monique Bellemare (2010)
Denise Lagarde (2019)
Publié dans Ajouts | Laisser un commentaire

Une 7e croix à Saint-Prime

C’est au coeur du village de Saint-Prime que l’on retrouve cette croix découverte par un collaborateur de la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Hervé Lachance. La croix d’une douzaine de pieds est plantée directement au sol. Une très grosse niche avec statue du Sacré-Coeur orne la croix. À l’origine, elle était située sur le 3e rang. Elle a été déménagée au coeur du village, à son emplacement actuel, suite à la vente du terrain en 1991.

Hervé Lachance (2019)
Hervé Lachance (2019)
Publié dans Ajouts | Laisser un commentaire

Les nouvelles du jour

M. Denis Filion, un visiteur du site, m’a signalé la disparition de la croix no 3 de Boucherville. La croix Général-Vanier avait été érigée en 1929 et reproduite en l’an 2000. Les croix de chemin font partie du circuit patrimonial de Boucherville. On peut donc présumer que cette croix sera de retour éventuellement puisque la municipalité tient à la sauvegarde de son patrimoine.

Monique Bellemare (2011)
Denis Filion (2019)

 

 

 

 

 

 

Une autre nouvelle, meilleure cette fois, provient également d’un visiteur du site, M. Stéphane Goulet, conseiller municipal à Bowman. 2019 marque le 80e anniversaire des 14 croix de chemin érigées en 1939 dans la paroisse Notre-Dame-de-la-Garde. Une seule est encore en place aujourd’hui. Il s’agit de la croix Faubert, située à son emplacement d’origine, au 406 de la route 307. L’entretien de cette croix a toujours été fait de façon rigoureuse par les membres de la famille Faubert. En conséquence, la croix que nous voyons aujourd’hui est exactement la même qu’en 1939. Jamais refaite, toujours le même bois. Le corpus a été installé en 1945.

La croix Faubert demeure protégée par une clause testamentaire permettant aux soeurs de monsieur Faubert d’avoir accès à ce lieu de recueillement tant et aussi longtemps que l’une d’elles sera vivante, peu importe le propriétaire du terrain sur lequel elle est érigée.

Afin de souligner cet anniversaire, un pèlerinage familial aura lieu le 10 août prochain entre 15 h 45 et 16 h 30. La municipalité de Bowman soulignera cet événement sur la page web de la municipalité. De plus, elle s’engage à mettre en oeuvre un plan perpétuel de protection lorsque la clause testamentaire sera levée.

Stéphane Goulet (2019)
Publié dans Ajouts | Laisser un commentaire